La Cour de cassation

Statue devant bâtiment à colonnades

En France, la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire – à l’instar du Conseil d’Etat s’agissant de l’ordre administratif –, n’est autre que la Cour de cassation. Créée par la loi du 27 novembre 1790, sous l’appellation de « Tribunal de Cassation », cette voie de recours extraordinaire tient sa particularité de ce qu’elle est une juridiction unique, conformément à l’article L. 411-1 du Code de l’organisation judiciaire : « Il y a, pour toute la République, une Cour de cassation ». A ne pas la considérer comme une juridiction de 3ième degré, la Cour de cassation ne connait pas, sauf exception, du fond des affaires qui lui sont présentées, seul le droit lui importe. Ainsi, lorsqu’un justiciable se pourvoit en cassation contre un arrêt ou un jugement rendu en premier et dernier ressort, ce n’est non pas pour que les magistrats tranchent le contentieux d’espèce mais pour que ces derniers affirment le droit qu’il convient d’appliquer. Par suite seulement la juridiction saisie sur renvoi de la Cour de cassation tranchera le litige en appliquant le droit justement choisi par la Haute juridiction.  

Afin d’être des plus performantes, la Cour de cassation est divisée en différentes chambres, chacune d’elles étant spécialisée dans une branche du droit. La première chambre civile est compétente pour toutes les affaires relatives au droit des obligations et la responsabilité contractuelle, à la responsabilité du fait des produits défectueux, aux sûretés mobilières, au droit international privé, au droit des personnes, voire à la succession et aux régimes matrimoniaux notamment. La deuxième chambre civile quant à elle est compétente pour ce qui relève des procédures civiles et voies d’exécution, de la responsabilité civile délictuelle, du droit des assurances, et du surendettement des particuliers entre autres. Enfin, la troisième chambre civile connait des contentieux restants, à savoir la propriété et la vente immobilière, le droit de la construction, les baux, le droit de l’environnement, et le droit de l’urbanisme en outre. A côté de ces trois chambres civiles, reste la chambre commerciale, économique et financière qui elle, concerne le droit commercial, le droit de la concurrence, le droit des entreprises en difficulté, le droit bancaire, le droit maritime, ou encore le droit de la propriété intellectuelle par exemple. De la même façon, la chambre sociale s’occupe exhaustivement du droit du travail et de la procédure civile en matière prud’homale. Enfin, la sixième et dernière chambre de la Cour de cassation n’est autre que la chambre criminelle, relative quant à elle au contentieux pénal dans son ensemble.

A certaines occasions, les chambres ordinaires de la Cour de cassation ne suffisent pas ; il convient alors d’effectuer des renvois devant la chambre mixte – lorsqu’une affaire pose une question susceptible de recevoir des solutions divergentes – ou en Assemblée plénière – lorsque l’affaire pose une question de principe –. Ainsi, en fonction des chambres qui ont statué, il est possible de connaitre le degré d’importance de la décision rendue.

Au-delà de son caractère juridictionnel, la Cour de cassation peut également être saisie à titre consultatif, conformément à l’article L. 441-1 du Code de l’organisation judiciaire, ce qui permet non plus d’exercer sa mission a posteriori mais bien a priori, avant même que les juges du fond aient statué.

Enfin, depuis 2010 est ouverte la faculté aux justiciables de former une « question prioritaire de constitutionnalité » [QPC] près la Cour de cassation, puis au Conseil constitutionnel par suite, afin de faire contrôler la conformité d’une disposition à la Constitution. 

La procédure à suivre

Conformément à l’article 612 du Code de procédure civile : « Le délai de pourvoi en cassation est de deux mois, sauf disposition contraire ». En revanche, aucun pourvoi ne peut être formé sur la base d’un moyen nouveau, sauf si ce dernier est un moyen dit « de pur droit », ou est apparu du fait de la décision attaquée. Par suite, l’alinéa premier de l’article L. 431-1 du Code de l’organisation judiciaire dispose : « Les affaires soumises à une chambre civile sont examinées par une formation de trois magistrats appartenant à la chambre à laquelle elles ont été distribuées ». Enfin, à défaut de rejet du pourvoi du demandeur, l’affaire est renvoyée devant une juridiction de même nature que celle dont émane l’arrêt ou le jugement cassé. C’est cette juridiction qui mettra, en principe, un terme définitif au litige.

Procédure Civile

Homme présentant un document papier

La signification

La signification des actes fait partie des activités monopolistiques des Commissaires de justice, en ce sens qu’ils sont les seuls à pouvoir user de ce procédé de notification. A ce titre, l’article 651 alinéa premier du Code de procédure civile dispose : « Les actes sont portés à la connaissance des intéressés par la notification qui leur […]

Colonnes d'un bâtiment classique

La Cour d’appel

Au regard de l’article 542 du Code de procédure civile : « L’appel tend, par la critique du jugement rendu par une juridiction du premier degré, à sa réformation ou à son annulation par la cour d’appel.». En France, la Cour d’appel de l’ordre judiciaire est une juridiction essentielle en ce qu’elle constitue le second et dernier […]

Colonnes d'un bâtiment classique

Les tribunaux judiciaires

Sous l’impulsion de Richelieu bien avant, la loi des 16-24 août 1790 sur l’organisation judiciaire prévoyait déjà en son article 13 : « Les fonctions judiciaires sont distinctes et demeureront toujours séparées des fonctions administratives. Les juges ne pourront, à peine de forfaiture, troubler, de quelque manière que ce soit, les opérations des corps administratifs, ni citer […]

Femme signant un document papier

La signification à domicile

La signification des actes fait partie des activités monopolistiques des Commissaires de justice, en ce sens qu’ils sont les seuls à pouvoir user de ce procédé de notification. A ce titre, l’article 651 alinéa premier du Code de procédure civile dispose : « Les actes sont portés à la connaissance des intéressés par la notification qui leur […]

Colonnes d'un bâtiment classique

Le tribunal judiciaire

Issu de la fusion entre le Tribunal de grande instance (TGI) et le Tribunal d’instance (TI), le Tribunal judiciaire est apparu du fait de la loi du 23 mars 2019 et du décret du 11 décembre 2019 portant réforme de la procédure civile. Pareille fusion ne pouvait qu’engendrer une nouvelle répartition des compétences territoriales entre […]

Homme assis sur une table portant des dossiers

Assignation : mentions obligatoires

Par principe, en matière civile tout du moins, l’action se fait par un acte introductif d’instance, également appelé « demande initiale », demande par laquelle un plaideur prend l’initiative d’un procès en soumettant au juge ses prétentions. L’introduction d’une instance est encadrée par le droit processuel en ce qu’est exigé un formalisme particulier. Pour autant, les justiciables […]

Ces contenus ont été rédigés par Mlle Camille Jug Titulaire d'un Master 2 Contentieux et Procéduresont et sont protéges par le copyright

Nous contacterNous contacter