Procédure de licenciement : généralités et entretien préalable

Femme déprimée devant un ordinateur portable

A la lecture de l’article L. 1231-1 alinéa premier du Code du travail, il apparait qu’en la matière, le législateur a fait le choix de consacrer une approche libérale, tout du moins dans la façon de mettre un terme à la relation contractuelle. Néanmoins, à chacun des modes de rupture du contrat est attaché un régime juridique spécifique, en premier lieu d’abord pour ce qui est du licenciement ; mode de rupture unilatérale du contrat de travail à l’initiative de l’employeur.

Généralités

La loi du 13 juillet 1973 a posé trois principes essentiels en la matière ; le respect d’un formalisme par l’employeur, l’existence d’une cause réelle et sérieuse de licenciement, et le principe de neutralisation de la charge de la preuve pour le salarié.

S’agissant du licenciement pour motif personnel, il convient pour l’employeur d’établir la notion de cause réelle et sérieuse. Pour cela, certains éléments doivent être réunis, notamment l’existence, l’objectivité et l’exactitude du motif invoqué, ainsi qu’une faute autre que légère de la part du salarié. Pour autant, du fait du principe de neutralisation de la charge de la preuve, c’est le juge lui-même qui caractérisera ou non l’existence de la cause réelle et sérieuse sur la base des éléments produits par les parties. En cas de licenciement injustifié, le salarié pourra être réintégré au sein de l’entreprise ou prétendre à une indemnisation, et l’employeur fautif pourra être condamné à rembourser lui-même à Pôle emploi les allocations chômages injustement versées jusqu’alors. Toujours dans une volonté de protection, le législateur a accordé différents droits au salarié licencié. En effet ce dernier bénéficie dans certains cas, en sus d’une indemnité de congés-payés, d’un préavis lui permettant d’organiser sa condition personnelle, ainsi qu’une indemnité de licenciement correspondant au minimal à ¼ de mois de salaire par année d’ancienneté. 

S’agissant du licenciement pour motif économique, il convient d’établir cette fois-ci l’existence d’éléments non inhérents à la personne du salarié, un élément causal telle que la cessation d’activité de l’entreprise, un élément matériel telle qu’une suppression d’emplois, ainsi que le respect par l’employeur de son obligation de reclassement. Paradoxalement, pour un tel licenciement, l’employeur doit également prendre en considération la personne même du salarié, notamment son ancienneté au sein de l’entreprise ou les charges de sa famille. En outre, il est de principe que, dès lors qu’une place se libère postérieurement au licenciement, l’ancien employeur doit envisager de la proposer à son ancien salarié, sous certaines conditions toutefois.

L’entretien préalable et la procédure à suivre

En cas de licenciement, il importe pour l’employeur de convoquer son salarié à un entretien préalable par l’intermédiaire d’un courrier recommandé indiquant les date, heure et lieu d’entretien, ou remis en main propre. Pour que cet entretient soit régulier, sa tenue effective doit avoir lieu au moins cinq jours ouvrables à compter de la remise du courrier de convocation. Tout comme l’employeur, le salarié peut être assisté d’un représentant du personnel de l’entreprise, voire d’une personne extérieure à l’entreprise prévue à cet effet. Par suite, et si l’employeur maintient le licenciement, il lui faudra alors adresser à son salarié, deux à trente jours ouvrables suivant l’entretien, une lettre de licenciement en recommandé avec accusé de réception. Ce dernier acte doit quant à lui contenir la durée du préavis s’il y a lieu, ainsi que les raisons précises dudit licenciement.

Droit du travail

Personne se disputant autour d'un bureau

Discrimination et harcèlement au travail

Le harcèlement peut revêtir différentes natures. En effet, se distingue le harcèlement moral du harcèlement sexuel. Sous sa commune acception, et sous l’angle du droit du travail notamment, le harcèlement moral correspond à des agissements répétés susceptibles d’entrainer in fine une dégradation des conditions de travail de la personne qui les subit, soit par menace […]

Femme parlant à travers un porte-voix

La grève et l’abus du droit de grève

Sous son acception des plus larges, la grève correspond à un mouvement collectif, initié par le personnel d’une entreprise, et destiné à exprimer des revendications sociales, économiques, voire politiques, à l’employeur. En France, le droit de grève dispose d’une valeur constitutionnelle, conférant par la même une véritable protection à ceux qui en usent. Toutefois, pour […]

Homme d'affaire remontant les escaliers d'un passage souterrain

Abandon de poste

Bien que le législateur n’ait pas assorti la notion d’abandon de poste d’une définition légale, celle-ci s’entend principalement d’une succession d’absences injustifiées par le salarié sur son temps de travail. En revanche, l’abandon de poste sera improprement qualifié par analogie en tant que démission, notamment en ce que dans ce dernier cas, l’employeur est dûment […]

Homme de loi à son bureau avec un marteau de juge

L’huissier et l’entretien préalable

L’article L. 1232-2 du Code du travail dispose, en son alinéa premier : « L’employeur qui envisage de licencier un salarié le convoque, avant toute décision, à un entretien préalable ». Dès lors, il apparait que le législateur a fait le choix d’ériger l’entretien préalable en tant qu’étape indispensable de la procédure de licenciement. Pour cause, c’est […]

Homme tendu dans un restaurant

La concurrence déloyale

Les actions concurrentielles ne sont pas prohibées par le Code de commerce, notamment en ce qu’elles permettent d’accroitre l’économie par le biais d’innovations commerciales. En effet, au sein de la loi n° 73-1193 du 27 décembre 1973 relative à l’orientation du commerce et de l’artisanat, l’article 1 dispose en son premier alinéa : « La liberté et […]

Homme écrivant sur une feuille de papier

L’huissier et les élections professionnelles

Depuis l’ordonnance du 22 septembre 2017, le comité d’entreprise, les délégués du personnel et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ont fusionné pour former une seule et même instance ; le Comité social et économique. Ainsi, ce comité détermine la représentativité syndicale au sein de l’établissement. A cela, l’article L. 2311-2 du […]

Ces contenus ont été rédigés par Mlle Camille Jug Titulaire d'un Master 2 Contentieux et Procéduresont et sont protéges par le copyright

Nous contacterNous contacter